montagne-de-dechets-vetements

SHEIN met 15 M$ dans une ONG africaine, en quoi est-ce du green & social washing ?

Si de prime abord l’intention peut sembler louable, l’enseigne d’ultra fast fashion, reine des actions impunies, s’appuie sur une initiative au fort potentiel médiatique pour détourner l’attention quant au fond du problème : l’hyperproduction de vêtement très bas de gamme et la conquête des marchés des pays à faible pouvoir d’achat par une guerre des prix et des actions à l’apparence vertueuse. Décryptage.

Shein finance à hauteur de 15 M$ une ONG africaine

Shein a donné 15 M$ à une ONG africaine qui gère les conteneurs de vêtements occidentaux. Cette somme est censée participer à la structuration de la gestion des déchets textiles, alors que le pays en reçoit 160 tonnes par jour. 

Adam Whinston, le responsable mondial ESG (Ecologie, Social, Governance) de SHEIN déclare [1] : « On utilisera les ressources pour étendre notre programme d’apprentissage de la sororité pour les jeunes femmes portant des ballots de vêtements de seconde main sur leur tête, pour incuber des entreprises communautaires transformant les déchets textiles en nouveaux produits, pour piloter des initiatives de transformation de la fibre avec des fabricants de textiles ghanéens »

Pourquoi c’est du green et social washing ? Pourquoi c’est grave ? 

  • La raison principale de la pollution textile, c’est la quantité de vêtements produits. [2] Or SHEIN produit 1 milliard de vêtements sur les 150 produits dans le monde chaque année.
  • Le recyclage ou la gestion des déchets est un problème d’amont. En investissant pour la revalorisation textile, SHEIN se détourne de la question et verdit son image en prétendant apporter des solutions.
  • Par ailleurs, les vêtements SHEIN sont de mauvaise qualité, en grande majorité composés de matières pétrochimiques. Ils n’ont aucune valeur en seconde main et ne sont pas recyclables. Ils finiront ainsi dans des décharges à ciel ouvert où ils pollueront les eaux, quels que soient les moyens sur place mis en œuvre pour nous faire penser le contraire. [3]
  • 20 % de la pollution des eaux à l’échelle planétaire est causée par l’industrie textile [4]. À l’heure d’une restriction hydrique mondiale, c’est une hérésie.

montagne-de-dechets-vetements

Un préjudice pour l’économie locale

Une approche hypocrite de la responsabilité sociale

[1] https://www.thegoodgoods.fr/media/journal/greenwashing/comprendre-shein-pour-faire-reguler-la-marque-linterview-de-yann-rivoallan/

[2] https://www.thegoodgoods.fr/media/sante-environnement/mode-charbon-mix-energetique-energies-fossiles-rechauffement-climat-picture/

[3] Banque Mondiale 

[4] https://www.thegoodgoods.fr/media/reglementation/la-rep-quelles-nouveautes-dans-lagrement-2023-et-quelles-obligations-pour-les-marques/

[5] https://www.vogue.co.uk/fashion/article/shein-the-or-foundation

[6] https://www-afrik21-africa.cdn.ampproject.org/c/s/www.afrik21.africa/ghana-shein-engage-15-m-pour-le-developpement-de-la-mode-durable-dici-a-2025/amp/

[7] https://comprendre.media/ghana-la-bm-accorde-150millions-pour-la-gestion-des-inondations/

Total
0
Shares
Commentaires 2
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Précédent
Les parties prenantes, indispensables à la réussite de la stratégie RSE
Suivant
Happy Green par Mondial Tissus, ateliers et talks sur l’upcycling et la seconde main
À lire également

Become a Good One ! Abonnez-vous à nos contenus

Le média payant : accès illimité à tous les articles et OnePagers, réductions sur nos CleverBooks

Total
0
Share