La mode éthique, possible à prix “démocratique” (ou celui de la fast fashion) ?