main-tete-plastique

Comment remédier à l’éco-anxiété des enfants & adolescents ?

Guide de survie pour parents inquiet·e·s

Tout comme les adultes, les enfants peuvent être touché·e·s par l’éco-anxiété. Ils et elles sont même de plus en plus à se dire éco-anxieu·x·ses. Face à la crise environnementale, les enfants et les adolescent·e·s ressentent aussi de l’inquiétude, de la culpabilité, du stress et de la tristesse. Des émotions difficiles à gérer à leur âge. Il est donc important que les adultes puissent les accompagner. Tout de suite, quelques clés pour mieux comprendre la façon dont l’éco-anxiété se manifeste chez les enfants, et apprendre à réagir. S’il paraît évident que les enfants de tout âge peuvent être touché·e·s, l’éco-anxiété ne se manifeste évidemment pas de la même façon chez les enfants en bas âge et chez les adolescent·e·s. Les comportements et les réponses à apporter devront donc être adaptées en fonction.

Les petit·e·s peuvent s’inquiéter mais ne comprennent pas tous les enjeux environnementaux

Pour un·e enfant de moins de 10 ans, il est difficile voire impossible de se projeter au point d’envisager les conséquences du dérèglement climatique sur les écosystèmes. Ils et elles n’ont pas non plus la capacité de comprendre comment l’accumulation de comportements néfastes appliqués au quotidien par des milliards d’individu·e·s à travers le globe peut peser sur l’environnement. Plus que la notion de pollution, c’est la taille des causes et des conséquences qui les dépassent.

Laelia Benoit, médecin pédopsychiatre et chercheuse à l’université Yale aux États-Unis explique : “Les enfants les plus petit·e·s n’ont pas encore accès à la pensée abstraite qui apparaît, en général, à partir de 12 ans. C’est le moment où iels peuvent commencer à comprendre des enjeux d’envergure. Avant ça, leur esprit ne perçoit pas tous les enjeux de grande échelle.”
Même si les enfants manifestent une inquiétude face à la crise environnementale, il est donc inutile de s’épuiser à tenter de leur expliquer tous les tenants et aboutissants, les causes, les conséquences et les solutions de manière poussée.

Avec les plus petits, les mots d’ordre sont expliquer et rassurer

Quand les premières angoisses arrivent, et dans la mesure où il n’est pas envisageable d’entretenir une conversation construite basée sur des faits et des projections avec les jeunes enfants, la meilleure chose à faire reste de les rassurer en leur proposant des solutions concrètes.
Heureusement, c’est assez simple ! Il suffit souvent de les impliquer dans une série de gestes éco-responsables au quotidien, pour leur donner l’impression d’agir. Les enfants ne distinguent pas bien les échelles et peuvent donc se sentir totalement rassuré·e·s par des éco-gestes que nous, adultes, savons presque insignifiants.

Laelia Benoit conseille : “Les enfants sont emphatiques et très généreux·ses. Ils ont envie d’aider. Si on leur dit que la planète a besoin d’aide, et qu’on peut l’aider en faisant un compost ou en triant les déchets, ils ont envie de le faire. Pour les rassurer, on peut, par exemple, leur proposer de planter des arbres, faire une sortie collecte de déchets, faire un potager… Les plus jeunes peuvent avoir l’impression d’avoir sauvé le monde après avoir acheté une plante verte, et c’est tant mieux !

Chez les ados, un mélange d’angoisse et de colère

Les adolescent·e·s sont massivement éco-anxieux·ses et l’éco-anxiété qu’ils et elles vivent diffèrent énormément de celle des jeunes enfants, mais également de celle des adultes. À l’angoisse caractéristique de l’éco-anxiété s’ajoute, chez les ados, un puissant sentiment de colère. “Ils ont globalement le sentiment d’être impuissant·e·s et que leur vie est sabotée.” résume Laelia Benoit. En découlent des questionnements très profonds et existentiels. “Un·e ado sur cinq se demande s’il ou elle va avoir des enfants.

Avec les ados, il faut avant-tout communiquer

Malheureusement, les adolescent·e·s ne sont pas aussi faciles à rassurer que les jeunes enfants et il ne suffira pas de leur apprendre à trier leurs déchets et à gérer un compost pour apaiser leur souffrance.
Les adolescent·e·s comprennent les enjeux de la crise climatique et sont en mesure de mesurer les dégâts présents et futurs, d’en identifier les causes, et de constater le manque d’action. Il est donc impossible, et surtout extrêmement mal avisé, de tenter d’éviter le sujet. Il devient même crucial d’en parler dès que l’adolescent·e montre de l’inquiétude. La colère adolescente vient, en partie, du manque de communication au sein des familles.

L’éco anxiété des adolescent·e·s peut-être atténuée par la communication. Bien sur, l’ado sera en colère de se rendre compte que les actions nécessaires à endiguer le changement climatique ne sont pas prises à grande échelle, mais si ou elle ressent que les adultes proches prennent le problème au sérieux, agissent en fonction, s’engagent et partagent des conversations à ce sujet, c’est déjà rassurant. Il restera de la colère envers les décideur·se·s mais pas envers sa famille, explique Laelia Benoit, en parler, c’est aussi permettre à l’enfant de s’exprimer. Une fois qu’on l’autorise à exprimer ses émotions, l’enfant va le faire et pourra grandir à travers ses angoisses. Sans ça, l’enfant risque de rester bloqué·e dans ses émotions.”

Selon une enquête ReachOut et Student Edge publiée en septembre 2019 [référence], seulement 14 % des adolescent·e·s jugent avoir appris suffisamment de choses sur la crise écologique. C’est aux adultes qui entourent ces enfants qu’il revient de combler ce déficit d’informations. En somme, l’ado demande à comprendre ce qu’il se passe et à ce qu’on lui donne quelques clés pour agir.

Bien sûr, à la différence des jeunes enfants, il ne suffira pas de quelques éco-gestes basiques. Si l’action proposée n’est pas vraiment efficace, les adolescent·e·s auront la capacité de s’en rendre compte. La confiance avec les adultes sera rompue et la colère reviendra de plus belle.
Pour éviter de rencontrer ces situations, l’idéal reste, d’après la pédopsychiatre, de proposer aux adolescent·e·s de prendre eux-mêmes part à la conversation et de choisir quelles sont les actions que la famille doit mettre en place pour limiter son impact environnemental.

Au premiers signes d’éco-anxiété chez les adolescents, il est également important de ne pas faire culpabiliser l’adolescent·e inquiet·e, ni lui faire comprendre qu’il s’agit d’un trouble psychique. “L’éco anxiété n’est pas une maladie mais ça ne signifie pas que les gens ne souffrent pas. L’enjeu est différent : dire que c’est une maladie reviendrait à individualiser le problème. Il faut le faire savoir aux enfants.” explique Laelia Benoit.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Précédent
Le Fashion Act aux USA, une loi pour contraindre la fast et l’utra fast fashion
Suivant
Une mode intemporelle de qualité pour construire un style durable 
À lire également

Become a Good One ! Abonnez-vous à nos contenus

Le média payant : accès illimité à tous les articles et OnePagers, réductions sur nos CleverBooks

Total
0
Share