Le Sapping #12 - LUDOVIK

Le Sapping #12 - LUDOVIK

 

#podcast
 
 

Podcast Le Sapping #12 LUDOVIK

 

ÉPISODE DISPONIBLE SUR ITUNES 
APPLE PODCAST - SPOTIFY - AUSHA  
  

 

Moi j'suis un peu en mode dimanche, mais tous les jours.   

 

Bienvenue dans le podcast du sens de l’Habit.
 

Ici on s’intéresse au vêtement dans toutes ses dimensions. Au style bien sûr mais aussi au rôle social de nos costumes, au pouvoir politique de nos actes d’achat. On cherche à mettre du sens dans nos dressings pour les rendre durables, et à discuter des solutions en faveur d’une production et d’une consommation plus responsables.  Pour ça, j’interroge les intervenants de la mode : ceux qui la pensent, ceux qui la font, ceux qui la portent

Aujourd’hui je reçois Ludovik.

  
Bien sûr, par nécessité, on s’habille tous les matins. Mais au delà des rôles de protection physique, de la pudeur ou de l’expression esthétique, la tenue du jour révèle aussi le personnage qu’on a envie d’endosser. On peut se réveiller charmeur, fragile, conquérante, désinvolte. On peut se sentir bien dans sa peau ou détester son corps. De fait, l’image qu’on a de soi-même et celle qu’on veut donner sont intimement liées à nos émotions. Ce sont un peu ces émotions qui fabriquent nos propres-rôles chaque matin.
 

Alors les personnages de nos vies : quoi de mieux qu’un comédien pour en parler ?

 
Ludovik est acteur, réalisateur, scénariste, humoriste. Des fictions Youtube aux micro-trottoirs, du One Man Show au cinéma, il endosse - au sens propre- des rôles d’hommes et parfois de femmes dans tous les registres. Mais d’où vient sa passion pour le déguisement ? À quel point le costume l’aide à jouer un personnage ? Et qu’est-ce qu’un costume réussi ?
Inconditionnelle « des Ludoviks » à l’écran, j’étais curieuse de savoir quel style porte le Ludovik dans la vraie vie, l’importance qu’il donne à ses vêtements, la perception de son corps et ses complexes d’homme. Il m’a révélé un truc qui, si on y réfléchit, est assez incroyable : quand il s’agit d’un rôle, quel que soit son état physique, il oublie complètement son corps pour se fondre littéralement dans son personnage. Comme s’il suffisait d’entrer dans les vêtements d’un autre pour être dans la peau d’un autre, et donc, se sentir bien dans la sienne. Ce qui signifie en théorie que si je me réveille avec un rôle grognon, je peux en changeant de tenue changer aussi ce rôle et donc le cours de ma journée.
On disait quoi déjà, que la perception de notre propre image était purement émotionnelle ? Je vais le laisser répondre...

 

Bonne Écoute ! 

 

Et PS : un peu comme sur Youtube, si vous aimez le podcast ABONNEZ-VOUS sur la plateforme d’écoute de votre choix, lâchez vos petites étoiles et
vos commentaires sur Itunes, et parlez-en autour de vous c’est ce qui nous aide le plus !   

 

 

LUDOVIK

SUR YOUTUBE

INSTAGRAM 
TWITTER
FACEBOOK

 

THEGOODGOODS

 Facebook 
Instagram 
Twitter
LinkedIn  

 

CRÉDITS PHOTOS : @CLAIREGRANDOM 
  • Mais la vraie prison s'trouve dehors, proche des coffre-forts

    Tueurs - Damso

Brain Food

  • L'hédonisme

    Expériences à vivre et à manger à faible empreinte carbone et fort impact humain
  • L'art de vivre

    La Tech et le Design savent aussi être goodgoods
  • La carte

    Nos Adresses Shopping Éthiques et Responsables. Worldwide