Est-Il Éthique D’Acheter En Ligne Pendant Le Confinement ?

Est-Il Éthique D’Acheter En Ligne Pendant Le Confinement ?

Est-Il Éthique D’Acheter En Ligne Pendant Le Confinement ? 


Le 15 Avril 2020 Amazon suspend temporairement son activité en France après le jugement du tribunal judiciaire de Nanterre qui restreint son activité aux produits dits essentiels, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée. Les syndicats demandaient la fermeture depuis le début du confinement. Sud-Solidaires, rapportait un manquement du groupe à ses obligations de sécurité et de prévention de la santé des salariés. 
Bon sens VS business. Si les marques ne prennent pas leurs responsabilités, à nous de nous interroger : est-il éthique de commander en ligne durant le confinement ?

La santé des uns s’arrête à la notion d’éthique des autres

Les obligations de sécurité et de prévention de la santé des salariés sont assez rudimentaires et similaires aux recommandations faites à la population générale lors de ses sorties : contrôles de température, port de masques, distanciation physique … Mais si elles sont faciles à appliquer ponctuellement pour nos achats alimentaires hebdomadaires, elles sont plus complexes à respecter lorsqu’on travaille en sous-effectif pour une compagnie qui propose 250 millions de références, commandées en continu par des client.es confiné.es qui souhaitent s’occuper
Des livres, des jeux vidéos, des DVDs, des produits de beauté. Ni le chômage partiel ni la restriction de l’offre Amazon n’étaient de mise avant la décision du Tribunal. La compagnie n’a pas dérogé à sa règle numéro « Le client est roi » ni renoncé aux profits illimités, malgré la précarité sanitaire des conditions de travail de ses employés. Le groupe a fait l'objet de cinq mises en demeure de la part de l'inspection du travail, dont trois ont été levées [1]. Amazon emploie 1/3 d’intérimaires sur 10 000 employés. Suite à la décision du Tribunal, en cas d’infraction, une amende de 1 million d’euros est appliquée pour chacune d’elles et chaque jour de retard par infraction constatée. Nous assistons donc à un bras de fer éthique VS économique régulé par une sanction pécuniaire, la seule à laquelle le groupe semble se plier.
La responsabilité n’est pas prise par le géant du e-commerce. Qu’en est-il des petites marques ? 

unshipping confinement thegoodgoods 3

RELIRE NOTRE ARTICLE SUR LE DÉLIT DE GREENWASHING D’AMAZON

Deux poids deux business

Le fait est qu’à l’heure actuelle, quelles que soient les mesures supplémentaires de distanciation sociale et d’hygiène ou le soutien financier, il est impossible de garantir sécurité des travailleurs [2]. 
Que doit-on faire alors pour les produits qui ne sont pas absolument nécessaires : les vêtements, la déco intérieure (lien), les accessoires de jardin, de couture ou la beauté… ?
Et si l’on choisit de ne pas acheter, la survie des petites marques est-elle menacée ?
À la première question, nous apportons une seule réponse : prenez-vous la tête entre les mains pour déterminer ce qui est réellement nécessaire à votre bien-être mental et physique durant cette période (quelques jeux d’apprentissages pour enfant, un nécessaire de bricolage) et ne peut-être substitué temporairement (un tapis de yoga est remplaçable par une serviette de bain ou un tapis classique ou…rien). Si la réponse est en faveur d’un achat, on ne peut que vous recommander de passer par une petite marque, un prestataire de quartier qui a ses fournisseurs et fait dépôt ou reste ouvert pour les achats à emporter/livrer (comme du terreau chez certains fleuristes pour vos semis de printemps. Les commerçants locaux et les petites marques indépendantes ont beaucoup plus besoin du soutien que de groupes de l’envergure d’Amazon (ou Vinted et consorts). 
Le besoin appelant le besoin, moins vous consommez, moins vous serez frustré.e de ne pas le faire et plus vous redoublerez de créativité pour nourrir vos activités intellectuelles et manuelles. 

TÉLÉCHARGER CHILLENGES, NOTRE GUIDE POUR EXPLORER LES FRONTIÈRES DE SON CANAPÉ

unshipping confinement thegoodgoods

Gardons bien à l’esprit que nos actions ont un effet papillon sur les autres. La mise en danger de la santé et du bien-être du personnel d’entrepôts, des chauffeurs-livreurs, postiers…etc est réelle. Nous avons la chance d’habiter un État dont la protection sociale et du travail est exceptionnelle (convention de chômage partiel, aides financières aux entreprises). Aussi, bien que de graves conséquences économiques soient à prévoir, ce ne sont pas les achats effectués durant cette période qui seront salvateurs et les emplois non précaires sont sécurisés. Ce qui va faire une vraie différence pour toutes les entreprises, c’est la remise en question des comportements d’achats et l’engagement profond et durable de chacun à changer sa consommation. Ce dont les petites marques ont besoin, c’est qu’on se renseigne leur sujet, qu’on en parle, qu’on les garde en mémoire pour faire appel à elles lors de nos prochains achat nécessaires (si confinés) ou coup de cœur après le confinement. Nombre d’entre-elles d’ailleurs ont un e-shop ouvert mais proposent ou imposent une livraison différée après la crise.

Ce confinement est une opportunité sans précédant de faire une pause dans notre frénésie d’achats et de casser la dépendance au consumérisme sans limite acquis depuis tant d’années. Interrogeons-nous, boycottons les marques dont les pratiques ne correspondent pas à notre définition de l’éthique, sans attendre de s’en remettre aux décisions des tribunaux, et valorisons plus que jamais le travail des marques engagées pour un futur commun soutenable et réellement durable.


unshipping confinement thegoodgoods 1

 
RÉFÉRENCES CITÉES

[1] Fashion Network
[2] BOF 

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ? VOUS ALLEZ ADORER NOTRE NEWSLETTER

Recevez chaque dimanche une revue de presse de nos articles, podcasts et vidéos et les goodgoods news en avant-première.