La Fin Des Pailles En Plastique

La Fin Des Pailles En Plastique
Qu’en pensez-vous ?
 Crédits @VanessaToubiana

La Fin Des Pailles En Plastique

Les pailles en plastiques sont un fléau pour l’environnement. Elles sont un confort quotidien auquel on s’est habitué sans s'interroger sur leur utilité ou leurs conséquences. État des lieux & alternatives.

 

État de fait

Seuls très peu d’entre nous ont besoin de boire à la paille. Les enfants en bas âge quand ils ne tiennent pas encore leur verre, les personnes souffrant d’un handicap moteur ou de troubles de déglutition. Loin de ces fonctions l’idée glamour de la Piña Colada au soleil couchant sur une plage de Faro. 
Pourtant la présence de cet objet, associé à un moment de détente, est devenue dictatoriale. Il n’est plus possible aujourd’hui de commander un café glacé, une eau pétillante ou un cocktail sans en voir arriver une, parfois deux, danser au milieu des glaçons. Et quand - une fois sur 10 - un éclair de lucidité nous fait préciser in extremis « Sans paille, merci ! » à la fin de la commande, l’échec est quasi systématique : la paille arrive, déjà dans le verre. On la retire alors avec un air de dépit « J’avais demandé sans paille… » devant un serveur agacé qui se dédouane en roulant les yeux vers le barman.

home

Le drame, tout en discrétion

Le problème avec les pailles en plastique, c’est qu’elles sont discrètes. Leurs conséquences désastreuses pour l’environnement et notre santé sont éparpillées comme les microparticules qu’elles génèrent au fond des océans. Or, nos cerveaux ne sont pas câblés pour réagir à une menace qu’il ne perçoivent pas directement. En lisant cet article, vous êtes déjà dans un état d’alerte, en quête d’informations sur un sujet auquel vous êtes sensible. L’enjeu est de lutter contre la torpeur et de puiser dans son militantisme pour dire NON quand on attend son verre au bord de l’eau

Quelques données

  • 1 milliard de pailles à usage unique sont jetées chaque jour (1)
  • 1 milliard, c’est un peu moins d’une par être humain
  • C’est un peu plus que le volume de 90 000 bus
  • La paille en plastique est le 7ème déchet ramassé le plus au bord de mer, en compétition avec les brosses à dents et les pots de desserts en plastique.
  • 1 milliard de paille, c’est 5 fois le tour de la terre
    Pour mémoire :
  • 10,1 tonne de plastique est produite chaque seconde (2)
  • 1,5 million d’animaux sont tués chaque année par le plastique 

Au delà du fait qu’elles soient massivement produites à partir de matières premières pétrolières, c’est la fin de vie qui pose un problème majeur, comme souvent. Les pailles sont trop petites pour être recyclées. La plupart du temps, elles sont incinérées et libèrent ainsi des microparticules dans l’air. Lorsqu’elles sont jetées dans la nature, elles finissent dans l’océan, morcelées après plusieurs centaines d’années en micro particules disséminées dans la flore et la faune. Elles sont alors ingérées par les animaux marins et filtrées par les plantes (que les animaux mangent). Le corps humain absorbe 1% des microparticules présentent dans le poisson et le sel de table que nous mangeons (3,4).

tortue 

La paille en plastique est un luxe que l’on ne peut plus se permettre

En 2018, le Sénat a adopté un amendement au projet de Loi « Relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire » (5), interdisant les dispositifs en plastique à usage unique à partir de janvier 2021. Pailles, gobelets, verres et assiettes jetables, toilettes à café et cotons tiges. En attendant et pour préparer cela, nous pouvons prendre les devant en adoptant de nouveaux automatismes. Renverser ce qui semble être une contrainte pour les bars et un punition pour les consommateurs.

Quelques pistes en fiche Bristol

  1. Refuser systématiquement les pailles en plastique dans un bar ou restaurant
  2. Se passer de paille, tout court
  3. Investir dans une paille courte en métal à garder dans sa trousse à maquillage ou son portefeuille
  4. Donner l’exemple en en parlant autour de soi
  5. Engager les bars à changer, discutez-en avec les serveurs et les barmans qui craignent souvent un rejet des consommateurs. C’est la théorie du croûton (7)… Comme dans un couple : tout est une question de communication
  6. Préférer les pailles non jetable. La paille en métal alimentaire, lavable et durable comme un couvert, a notre préférence. Les pailles en paille, bambou ou en verre sont une seconde option
  7. Attention aux pailles en papier qui sont parfois plastifiées. Par ailleurs tout objet à usage unique est plus polluant, car il nécessite de l’énergie pour être produit à nouveau et pour la gestion de sa fin de vie
  8. Garder sa paille le plus longtemps possible, pour les mêmes raisons. Parce que même en métal, en bambou ou en verre, la production d’une paille durable à un coût pour l’environnement

Giulia

Crédits @GiuliaRosa

À nous d’agir, alors, pas seulement à la fin de ce billet mais à chaque fois qu’on aura les pieds dans l’eau, à Faro ou ailleurs. Considérons la paille durable comme un couvert supplémentaire associé à un moment festif, comme on le ferait d’une fourchette à huitre ou une coupe à champagne. Si un si petit objet peut provoquer des catastrophes en toute discrétion, il peut aussi être celui d’une douce révolution. 

Campagne du WWF (7)

(1) Infographie des pailles 
(2) Les déchets plastiques 
(3) Consommer du plastique ?
(4)Bas les pailles 
(5) Loi Relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire 
(6) La théorie du croûton, une allégorie de la non-communication. Dans un vieux couple : La femme adore le croûton de la baguette mais pense que son mari aussi. Elle lui laisse depuis 40 ans. L'homme de son côté, déteste le croûton mais pense que sa femme ne l’aime pas non plus: il le mange depuis 40 ans. Ils n’en ont jamais parlé. 
(7) Rapport du WWF sur la pollution plastique en Méditerranée 

 

Dis quelque chose ici...
Vous êtes un invité ( S'inscrire ? )
ou poster en tant qu'invité
Chargement du commentaire... Le commentaire sera rafraîchi après 00:00.

Soyez le premier à commenter.